Actualités

Préserver les fonctions vitales lors d’un arrêt cardiaque

À l’Hôpital Nord, l’équipe de cardiologie utilise un système novateur d’assistance circulatoire


Sous l’impulsion du service de cardiologie du Pr PAGANELLI et avec le soutien du Pr COLLART, chef du service de chirurgie cardiaque, l’unité de soins intensifs en cardiologie s’est dotée l’an dernier d’un système d’assistance circulatoire ultra-performant : l’Impella.

« Dans les formes les plus sévères d’infarctus du myocarde, le muscle cardiaque devient incapable d’assurer un apport sanguin suffisant aux autres organes (foie, reins, cerveau) entraînant un état dit de choc cardiogénique où le pronostic vital est fortement engagé, avec une mortalité de plus de 50% », explique le Pr BONELLO.

 

L'unité de soins intensifs en cardiologie de l'Hôpital Nord dirigée par le Pr Laurent BONELLO, est spécialisée dans l’accueil des urgences cardiovasculaires et reçoit un nombre très important de patients présentant un infarctus du myocarde.

 

Une mini-pompe placée dans le cœur


Impella remplace le cœur et lui permet de cicatriser en toute sécurité. Le dispositif est installé en urgence au moment de la revascularisation coronaire (geste de désobstruction des artères coronaires pour traiter l’infarctus).


        


« Il s’agit d’une technique mini-invasive pratiquée sous anesthésie locale en percutanée, c’est-à-dire avec une simple ponction artérielle comme pour une coronarographie. L’installation prend seulement une quinzaine de minutes. Une étude récente aux Etats-Unis a démontré son efficacité, avec une réduction de la mortalité de l’ordre de 30%, ce qui est considérable pour ce type d’urgences vitales. »

Le Pr Bonello a non seulement formé son équipe mais a aussi participé à la rédaction des recommandations françaises et du protocole d’utilisation du dispositif, faisant de son unité l’une des plus qualifiées pour ces soins d’urgence.

L’impella a ainsi d’ores et déjà permis la prise en charge de 15 patients. Il peut suppléer à la fonction circulatoire pendant une semaine, dans l’attente d’une récupération du muscle cardiaque ou, le cas échéant, d’une transplantation ou d’un cœur artificiel.